google-site-verification: google0008a4b414b80f31.html

mercredi 3 août 2016

Origine, histoire de l'Assomption (15 août), traditions et croyances

L'Assomption de la sainte Vierge nommée dans les vieux manuscrits le couronnement était autrefois, la plus grande fête religieuse de l'année. Découvrez son histoire, ses traditions, légendes et superstitions.




Assomption , 15 août : origine, histoire, traditions et superstitions



Origine de l'Assomption de la Sainte Vierge (15 août)


Cette fête solennelle est célébrée tous les ans, le 15 août. Elle commémore et honore la mort, la résurrection et l'entrée triomphante de la sainte Vierge dans le ciel. L'octave de l'Assomption de la sainte Vierge fut décrété par le Pape Léon IV, mort en 855. La fête de l'Assomption était déjà célébrée en Grèce, durant l'empire de Justinien, d'autres pensent qu'elle l'était déjà sous l'empire de Maurice (contemporain du Pape Grégoire Le Grand. 

Au XIIe siècle, l'Empereur Byzantin Manuel Comnene légiféra une loi établissant la fête de l'Assomption dans tout l'empire. 




Le voeu de Louis XIII


Louis XIII choisit ce jour en 1638 pour mettre sous la protection de la sainte Vierge, sa personne et son royaume. Louis XV renouvela son vœu  en 1738.

Dans de nombreuses églises de France, une procession appelée "le voeu de Louis XIII" avait lieu le 15 août. De nos jours, cette procession a toujours lieu, mais sous la forme d'hommage à Marie et de demande de protection.



La bénédiction des fleurs, plantes médicinales et des animaux de l'Assomption


Le chardon bleu des dunes est nommé Chardon de N.- Dame parce qu'il fleurit aux alentours du 15 août, le jour de la fête de l'Assomption de la Vierge. La fête de l'Assomption est un jour de bénédiction, des fleurs et des herbes médicinales. Les chardons bleus ont la réputation d'être plus bénéfiques lorsqu'elles sont cueillies au mois d'août.

Dans le rituel romain précédent Vatican II avait lieu une bénédiction des fleurs le jour de l'Assomption. Les prêtres des alpes de France et d'Autriche partaient à cheval bénir les pâturages et le bétail réunit autour d'une croix décorée de fleurs. En Allemagne et en Belgique les simples étaient bénies le jour de l'Assomption depuis le Xème siècle.

Du côté de la Méditerranée et de l'Atlantique ce sont les bateaux de pêche et la mer qui étaient concernés par cette bénédiction du 15 août.



L'Assomption, le 15 août: anciennes traditions et coutumes




La fête des ficelles (ou fecelles)


Dans la vallée du Briançonnais, le 15 août étaient fêtées les ficelles. Les jeunes gens allumaient des feux, dansaient autour tout en brandissant des torches. Cette fête marquait la fin des travaux rustiques des alpages. La fête des ficelles pourrait être la mémoire de la vie latine des celtes ou même des ligures des alpes françaises.



La danse des Epées 


La danse des Epées ou Bacchu-Ber de Pont de Cervières avait lieu le lendemain de l'Assomption. Cette danse séculaire consistait à réaliser des figures extrêmement complexes avec une épée. Les danseurs au nombre de neuf étaient de jeunes célibataires, le coeur lui était composé de trois ou quatre jeunes femmes entonnant un air grec médiéval. Selon un historien dauphinois T. de Maisonneufve, l'origine de la danse des épées remonterait à un régiment de Flandre en garnison à Briançon. D'après lui, cette danse flamande serait d'origine espagnole ou basque. D'autres pensées, supposent qu'elle serait une émanation des danses rituelles et magiques des Romains, des Gaulois, dont l'empreinte persiste à Briançon. Toujours est-il que cette danse avait un caractère sacré. Notamment la figure de la "lève" où toutes les épées des danseurs formant une étoile à 5 branches, qui pouvait s'apparenter à la symbolique d'un sacrifice humain. Ce qui fit dire à A. Piganiol (historien français du 19ème siècle) que "le jeu et la danse remplacent le sacrifice".



Le pèlerinage de Notre-Dame d'Abondance


Au moyen-âge un pèlerinage avait lieu à N.-D d'Abondance pendant l'Assomption, considérée comme la fête patronale de cette paroisse.Cette tradition avait pour origine la sauvegarde d'une statue de la Vierge qui était restée intacte lors d'un éboulement des hauteurs de Combafou.



 Oignons et plantes à l'église, pour l'Assomption


Lors de la messe de l'Assomption, on donnait dans certains villages des oignons ainsi qu'une plante odoriférante qui pousse dans les rocailles aux enfants afin qu'ils les portent à l'église.



 Ochancourt et son pèlerinage pour sourds et malentendants


En l'église d'Ochancourt (Saint-Ouen), le dimanche suivant l'Assomption, un pélerinage est dédié aux sourds.


L'Assomption, le 15 août : mythes, légendes, croyances et superstitions en France

Blaireaux et crapauds

On dit que les blaireaux nettoient à chaque fête de la Vierge (dont l'Assomption) leurs terriers. Si les crapauds croassent avant l'Assomption, ils restent muets durant six semaines.


Les herbes de l'Assomption


Il existe une herbe qui attachée au cou guérit instantanément la fièvre. Cette herbe doit être cueillie avant le lever du soleil : neuf brins à reculons.


Le chanvre et l'Assomption


Durant l'Assomption, on ne laissait pas le chanvre au roussoir le chanvre, sous peine de le retrouver pourrit le lendemain. Roussoir signifiant une macération que l'on fait subir au lin et au chanvre afin de séparer la tige de l'écorce.


Cinq oeufs de poule pour protéger des tempêtes en Corse


"Lorsqu'on s'embarque, on se munit de cinq oeufs de poule pondus un jour de la fête solennelle (l'Assomption, par exemple) et durcis au feu. Si la tempête se déclare pendant la traversée, on jette à la mer ces oeufs qui ont la vertu de l'apaiser". (Com. de M. Philippe Salmon), une superstition Corse.

Dans toute la planète,  la fête de l'Assomption a donné son nom à des lieux découverts ce jour là ou dédiés à la sainte Vierge.


A voir :

Menu traditionnel de l'Assomption (15 août), idées et recettes
Idées de décoration de table pour la fête du 15 août, l'Assomption
Sources:

A. Delatte, Herbarius, E. Droz, 1938
P. Rouillard, Les fêtes chrétiennes en Occident Éd. du Cerf, coll. « Histoire », 2003
Costard, Jean Pierre, Dictionnaire universel, historique et critique des moeurs, loix, usages & coutumes. Paris, JP Costard, 1772
J, Jacquin, Petite encyclopédie ecclésiastique, Victor Palmé Editeur, Paris, 1847
Les revues La Tradition : revue générale des contes, légendes, chants, usages, traditions et arts populaires / dir. Emile Blémont et Henry Carnoy, Paris
Société du folklore français, Revue de folklore français / organe de la Société du folklore français, 1930-1942

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire